Terraptile


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 crotaphytus collaris

Aller en bas 
AuteurMessage
adrien74
Apprenti maitre posteur
Apprenti maitre posteur
avatar

Nombre de messages : 121
Age : 33
Localisation : haute savoie 74
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: crotaphytus collaris   Mar 19 Déc - 13:49

Classification :

Classe: Reptilia - Reptiles
Ordre: Squamata
Sous-ordre: Sauria
Famille: Crotaphytidae
Genre: Crotaphytus
Espèce: collaris
Nom vernaculaire: Lézard à collier.

Cinq sous-espèces sont à dénombrer : C. collaris auriceps, C. collaris baileyi, C. collaris bicinctores, C. collaris collaris, C. collaris fuscus. Ces cinq sous-espèces ont des aires de répartitions assez similaires qui se superposent, ce qui entraîne fréquemment des croisements parfaitement naturels entre eux…
Ils furent longtemps comptés parmi la famille des Iguanidés jusqu’à l’évolution de la systématique en 1989 où la famille des Crotaphytidae fut créée.


Statut légal :

Pas de CITES (annexe III). Espèce non soumise à CDC en France. Une preuve d’acquisition légale de l’animal (ticket de caisse, facture, papier de cession du précédent propriétaire) suffit.


Mœurs et biotope :

On le retrouve dans les zones rocheuses arides et semi-arides du sud des Etats-Unis (Missouri, Oklahoma, Arizona, Utah, Texas,… jusqu’au nord du Mexique). Il apprécie particulièrement les zones rocheuses présentant de nombreuses cavités, voir même les constructions humaines abandonnées regorgeant de recoins. Ce petit lézard diurne très vif excelle pour grimper, sauter, creuser et courir (parfois même sur ses seules pattes arrières quand il dispose de la place suffisante). Une de ses particularités principales est d’éviter l’emprise de ses prédateurs en se logeant dans de petites infractuosités rocheuses et en se gonflant d’air tel un ballon afin de ne pouvoir être délogé de sa retraite.
Dans l’éventualité où il ne pourrait pas fuir, il tente d’impressionner ses prédateurs en ouvrant une large gueule prête à mordre.

Description et dimorphisme sexuel :

Le Crotaphytus collaris présente une longueur totale d’environ 30 centimètres. Il possède une tête triangulaire assez massive, un corps trapu et rondouillard et des pattes charnues terminées par des griffes dont il se sert pour grimper.
Il est muni d’une longue queue représentant les 2/3 de sa longueur qu’il ondule fréquemment lors des phases de chasse. Il est pourvu d’un réflexe d’autotomie, dont il use bien moins fréquemment que d’autres espèces, et ce membre une fois délesté n’est pas régénérable.
Au niveau de la nuque, ils sont munis de deux bandes noires qui ont inspiré le nom vernaculaire de l’espèce. Ils présentent un motif tacheté sur le dos et les pattes et une face ventrale uniformément blanche/crème.
Le dimorphisme sexuel ainsi que les différences de sous-espèces se manifestent de manière très ostentatoire par leur coloration. D’une manière générale, les mâles présentent généralement une coloration bleu turquoise incluant des reflets verts. Les femelles, quant à elle sont gris-brun avec parfois les pattes présentant quelques reflets verts irisés. Lorsque celle-ci sont gravides, elles arborent des taches oranges sur les flancs, une coloration que l’on peut retrouver chez les nouveaux-nés (voir photo ci-dessous).


Maintenance en captivité :

Malgré sa relative petite taille, le lézard à collier a besoin de pas mal d’espace. Le minimum vital pour un couple est un terrarium de 100*50*50… mais vous pouvez sans aucun problème privilégier un terrarium de plus grande taille pour recevoir un petit groupe d’adultes… l’animation qui y régnera ne sera que plus grande. Attention évidemment, il est fortement conseillé de ne placer qu’un seul mâle par terrarium pour éviter les affrontements territoriaux. Le nombre de femelle quant à lui est laissé à votre appréciation, en fonction de la taille de votre terrarium. Il faut également prendre garde à ne faire cohabiter que des spécimens de taille similaire.

On prévoira un système de chauffage qui permettra d’obtenir :


- en journée : un point très chaud à 40°C, l’ambiance générale du terrarium à 30°C et un point plus frais à 27°C
- de nuit : la température devra baisser vers 19°C ou 20°C.


On équipera bien entendu le terrarium d’une lampe diffusant des UVB (5.0)… élément particulièrement indispensable à la croissance et à la survie de nos lézards captifs.
Prenez garde à bien sécuriser vos installations électriques (notamment les lampes) car étant d’excellents sauteurs et grimpeurs, le risque de brûlures est conséquent.
La durée d’éclairage sera comprise entre 12 à 14h en période estivale et sera réduite progressivement à partir d’octobre entre 8 à 10h en période hivernale, puis réaugmentée progressivement afin d’instaurer un rythme saisonnier.

On prévoira comme substrat du sable à fine granulométrie, des éléments de décors (voir paragraphe ci-après) ainsi qu’un bac d’eau.
Si vous utilisez un câble chauffant, placez le toujours à l’extérieur du terrarium ou avec une protection, mais jamais directement dans le substrat car, autre particularité du C. collaris, ceux-ci apprécie de creuser le substrat afin de se constituer des galeries.

Aménagement « décoratif » du terrarium :

D’une manière générale, j’ai tendance à dire que le terrarium d’un Crotaphytus collaris doit être « pensé comme des montagnes russes » : prévoyez au sol des amas rocheux, des écorces de liège et de grosses branches qui créeront autant de petits tunnels, promontoires à grimpettes et possibilités de cachettes que vous le pouvez et multiplieront l’espace. Attention à bien surveiller que tout cela est convenablement fixé.
Un autre élément à ne pas négliger est le décor de fond… même si il n’est souvent considéré que comme un élément décoratif, il devient nécessaire dans le cas du Crotaphytus collaris. Etant d’excellents grimpeurs, ils chercheront à escalader les surfaces perpendiculaires du terrarium… et passeront la majorité de leurs journées à tenter de franchir cette barrière invisible et impossible à escalader que sont les vitres, ce qui non seulement provoquera du stress, mais également de frénétiques gratouillements et sauts dans les vitres avec les risques de blessures que cela comporte. Le décor permettra également de supprimer les différents reflets qui peuvent être source de stress. Le choix du matériau utilisé est à votre entière convenance… (résine, mousse de polyuréthane vernie, etc…)

Choix de cette espèce et des spécimens en particuliers :

Comme pour toute espèce, le choix d’acquérir un ou plusieurs Crotaphytus collaris doit se faire de manière réfléchie et en considérant ses mœurs.
Par son côté très vif et sa rapidité de mouvement, c’est un lézard pour lequel il faut parfois restreindre les manipulations au strict minimum. Il ne faut également pas sous-estimer les risques « ménagers » liés à cette espèce toujours en quête de promontoires nouveaux et de courses effrénées, il n’est pas rare qu’un lézard à collier échappe en quelques secondes à l’environnement sécurisé de son terrarium lors d’une ouverture et visite ainsi la zone de vie des humains avec tous les risques que cela comporte (chiens, chats….et j’en passe).

Il faut également mettre un point d’honneur à bien choisir ses spécimens : il est préférable de privilégier l’acquisition d’individus nés en captivité car nombreux sont ceux qui, prélevés dans la nature, s’adaptent mal à la captivité et restent très peureux et sujets au stress.
Bien évidemment, le déparasitage des spécimens issus d'import est également une étape à ne pas négliger.

Le comportement des spécimens varie très fort… certains, excessivement peureux, fuiront dès votre approche, d’autres plus habitués à la présence humaine ne rechigneront pas à escalader une main qui leur serait présentée et feront preuve d’une curiosité sans faille.
De toute manière, lors de l’acquisition ou lors de changement de terrarium par exemple, laissez leur un temps d’adaptation lorsqu’ils sont inclut dans leur nouvel environnement. La découverte de cet environnement se traduit d’ailleurs très souvent par de « petits coups de langues » apposés ci et là.

Alimentation :

Presque exclusivement insectivores, on leur proposera une grande variété d’insectes (grillons, sauterelles, blattes, vers à soie, plus occasionnellement quelques teignes). On évitera les vers de farine et autres proies du même type (buffalos, morios) car ils sont généralement très mal digérés, voir même parfois refusés (ce qui est d’ailleurs le cas pour mes quatre spécimens) et parfois, ce qui est encore plus gênant crée des accoutumances (j’entend souvent parlé de Crotaphytus « drogués » aux vers de farine qui en arrive à refuser tout autre nourriture).
On veillera à saupoudrer les proies distribuées de carbonate de calcium une fois par semaine. Ce sont de bons mangeurs, il faut donc prévoir d’être suffisamment approvisionné. Le rythme de distribution sera quotidien pendant leur jeune âge puis une fois adulte, on pourra effectuer 4 à 5 distributions hebdomadaires.

Le lézard à collier accepte aussi parfois d’autres types de nourriture comme les rosés de souris, voir certains végétaux (les fleurs de pissenlit et la figue notamment) mais cela est beaucoup plus rare et demande souvent quelques présentations sans succès au départ. A l’état sauvage, ceux-ci consomment également à l’occasion d’autres petits lézards.

Il ne faut jamais perdre de vue qu’un bon Crotaphytus est un Crotaphytus rondouillard et que le moindre signe de maigreur doit être un signal d’alarme sur la trop grande pauvreté du régime alimentaire ou encore sur la possibilité d’une parasitose, carence etc.

Une remarque supplémentaire concernant l’eau de boisson. Certains spécimens ne boiront jamais directement dans la gamelle, préférant lécher des gouttes ruisselantes. Si vous observez ce phénomène, il est conseillé de procéder à de petites pulvérisations sur un élément de décor (une pierre, une petite zone du décor de fond) ou d’installer un système de goutte-à-goutte léger. Evidemment, ne transformez pas le terrarium en zone marécageuse… ce serait parfaitement inadapté.

Longevité et maturité sexuelle :

On lui alloue généralement une espérance de vie de 5 à 8 ans. Il est sexuellement mature à l’âge d’un an.

Reproduction :

On conseille en prélude à la reproduction une période de repos de 3 à 5 semaines à une température de 16°C pendant les mois hivernaux. Il faudra veiller à progressivement réduire les quantités de nourriture distribuée et stopper cette distribution complètement une semaine avant la mise en repos afin que leur organisme soit dépourvu de résidu de nourriture. On diminuera la longueur d’éclairage progressivement à partir du mois de septembre pour arriver à 8 h pendant cette période. Certains préconisent également une extinction totale des feux pendant ce laps de temps.
Bien entendu, cette période est « conseillée » mais il n’est pas rare de constater des accouplements sans qu’on l’ait réalisée.

Les accouplements en eux-mêmes se déroule comme suit : le mâle saisit sa partenaire à la « nuque » et procède au coït si la femelle est réceptive. Elle s'applatit généralement lorsqu'elle refuse ces avances ou encore se place sur le dos ce qui empeche le mâle d'agir. Si tout se passe bien, suivra une période d’une trentaine de jours avant que la femelle ne ponde.
Il faudra veiller à placer au sein du terrarium un site de ponte contenant une profondeur d’environ 5 à 10 cm de sable fin ou de vermiculite légèrement humidifié(e). Avant la ponte, la femelle cherchera un lieu adéquat pour déposer ses œufs et grattera toute la surface du terrarium pour trouver ce lieu idéal. Elle enterrera alors entre 2 et 10 œufs (bien qu’il n’y aie pas de règle précise) que vous placerez en incubation à une température de 30°C avec 60% d’humidité dans une boite contenant de la vermiculite humide.
Concernant le temps d’incubation, on trouve des données assez divergentes dans les différentes sources consultables allant de 40 à 70 jours. Personnellement, mes naissances ont eu lieu après environ 60 jours d’incubation.

Après cette rude épreuve, on veillera à séparer quelques temps la femelle du mâle afin qu’elle puisse reprendre des forces avant de subir à nouveau ses assauts.
Pensez à augmenter quelques peu les quantités de calcium qui lui seront distribuée avant, pendant et après la ponte.

Les petits mesurent environ 3 cm à la naissance (hors queue) et pourront passer la première partie de leur vie tous ensemble dans un terrarium adaptés (bien évidemment, pas celui des parents… sinon ils risquent très fort d’être considérés comme l’en-cas du jour). On isolera les mâles lors de l’apparition du dimorphisme sexuel. Les petits sont de véritables répliques de leurs parents au niveau du caractère et de l’activité : vifs, peureux, voraces et tentant d’impressionner l’aimable main qui les sort de l’incubateur (« reviens dans dix kilos si tu veux me faire peur » )
Je conseille de ne pas effectuer de période de repos complète (diminution de la température à 16°C et arrêt du nourrissage) aux spécimens juvéniles pendant leur premier hiver. Une diminution de l’éclairage quotidien suffira amplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madagascar
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1155
Age : 26
Localisation : 22 Bretagne
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: crotaphytus collaris   Mer 20 Déc - 4:57

adrien m'a devancé !!!! Wink
Bravo pour ta fioche, elle est super !!! cheers cheers
Juste rajouter quelques photos et ce sera plus que parfait ! lol

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terraptile.bbflash.net
Madagascar
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1155
Age : 26
Localisation : 22 Bretagne
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: crotaphytus collaris   Mer 20 Déc - 4:58


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terraptile.bbflash.net
adrien74
Apprenti maitre posteur
Apprenti maitre posteur
avatar

Nombre de messages : 121
Age : 33
Localisation : haute savoie 74
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: crotaphytus collaris   Mer 20 Déc - 5:23

rolalalala What a Face je veu un couple comme celui la!!! je vai mettre des photos des mien quand meme alor.tout bébé quand je l ai recu et aprés un mal qui me fait rever aussi... Embarassed

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madagascar
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1155
Age : 26
Localisation : 22 Bretagne
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: crotaphytus collaris   Mer 20 Déc - 7:27

affraid

Ils sont superb !!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terraptile.bbflash.net
alexandra
Apprenti maitre posteur
Apprenti maitre posteur
avatar

Nombre de messages : 420
Age : 45
Localisation : alsace 68
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: Re: crotaphytus collaris   Mer 20 Déc - 8:40

WOUAAAAA trop trop beaux I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arzgouigouic
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 839
Age : 39
Localisation : Le petit quevilly SEINE MARITIME (76)
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: crotaphytus collaris   Mer 20 Déc - 11:57

Je confirme : ils sont trop trop beaux!!
Adrien , pourra tu nous mettre des photos du petit de temps en temps pour qu'on puisse se rendre compte de son évolution?
Arzgouigouic

_________________
Je me rappelle le temps des géants, il n'y avait ni terre ni ocean...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: crotaphytus collaris   

Revenir en haut Aller en bas
 
crotaphytus collaris
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terraptile :: Généralités :: Fiches d'élevage-
Sauter vers: